Sherlock Holmes - Une étude en rouge, Arthur Conan Doyle

Publié le par Le Colibri

Sherlock Holmes - Une étude en rouge, Arthur Conan Doyle

Histoire

Un médecin militaire revenant d’une guerre en Afghanistan cherche un logement à prix abordable sur Londres, et est mis en relation avec un « chimiste » ( ?) à la recherche d’un colocataire : c’est ainsi que le Dr Watson et Sherlock Holmes commencent à habiter ensemble.

Quand deux policiers sollicitent l’aide du détective pou résoudre une affaire mystérieuse, celui-ci propose au docteur de l’accompagner. Il s’agit d’un homme retrouvé dans une maison abandonnée, entouré de sang mais sans blessure apparente, avec sur le mur l’inscription « Rache » en lettres de sang (vengeance en allemand).

Le secrétaire de cet homme se fait poignarder peu de temps après.

Sherlock Holmes déduira rapidement la physionomie du meurtrier, puis son nom, et on découvre dans la seconde moitié du livre l’histoire de cet homme, Jefferson Hope, ayant passé vingt ans à poursuivre les deux anciens mormons responsables de la mort de la femme qu’il aimait et du père de celle-ci. Il a enfin atteint son but avec ces deux meurtres.

Mon avis

J’ai enfin découvert le début ! La première histoire ! Mais j’avoue avoir été déçue par ce livre. La première partie, relatant la rencontre et les premiers temps partagés des deux acolytes était intéressante. Bien évidemment, le soin était donné aux détails et le cheminement de la pensée de Sherlock Holmes toujours admirable. Conan Doyle coud son intrigue comme une pièce de dentelle fine.

De plus, j’apprécie beaucoup le fait qu’à la fin, tout nous est expliqué, même ce qui s’est passé avant les faits dont on parle dans le roman ou avant le meurtre.

Cependant, plusieurs aspects m’ont déçue :

- Ce n’est pas le Dr Watson le narrateur de l’histoire, même si on y fait allusion. L’idée lui viendra certainement par la suite ! Puisque la possibilité qu’il retranscrive les aventures de Holmes est évoquée à la fin du roman.

- Ensuite, la construction du livre est très semblable à celle du « Chien des Baskerville », que j’ai lu récemment – et dont j’avais également parlé ici. Une première partie raconte l’intrigue, la résolution par Holmes de l’affaire de meurtre, et une seconde la vie du meurtrier avant cet acte – ici encore aux Etats-Unis !

- Pour finir, l’intrigue est courte. Le roman n’est déjà pas très épais, et il faut encore en retirer le récit du passé de Hope et celui de la rencontre entre Watson et Sherlock. J’espérais certainement quelque chose de plus étoffé, plus de péripéties. Cela est du au style de Conan Doyle, précis, concis, ne s’embarrassant pas de fioritures ou descriptions inutiles : chacune de ses phrases est utile. En quelques dizaines de pages ; deux meurtres, le fourvoiement de Lestrade et celui de son collègue policier, les démarches de Holmes, la capture du meurtrier.

Le tout reste pour moi très agréable à lire, mais à dévorer d’une traite ou en une journée !

=)

Commenter cet article