Mémoire noire, Didier Daeninckx

Publié le par Le Colibri

Mémoire noire, Didier Daeninckx

Histoire

À nouveau, ce n'est pas une seule histoire mais une suite d'enquêtes menées ap le même inspecter, Cadin ; à Strasbourg, Hazebrouck, Courbevilliers ou Toulouse - au gré de ses mutations, entre 1977 et 1989.

À chaque fois, les conclusions de son enquête sont dérangeantes : elles touchent principalement des hommes politiques puissants, des grandes entreprises ou des lobbyistes.

"Un militant écologiste et retrouvé assassiné sur le chantier d'une centrale nucléaire. Le coupable présumé du meurtre d'une femme sombre dans la folie au moment de son interpellation. [...] vingt ans après le meurtre de so. Père tué en plein Paris lors d'une manifestation d'Algeriens, un historien curieux se fait à son tour truffer de plomb à Toulouse."

Peu soutenu par sa hiérarchie, Cadin passera dans le privé avant de passer dans la déchéance...

Mon avis

J'ai été séduite dès la première enquête car elle se déroulait dans notre belle Alsace ! Mais ce n'est pas la seule chose qui m'a plu : l'intrigue, le style et le personnage principal aussi.

Commençons par l'intrigue : les histoires policières sont bien ficellés ; chaque détail permettant une avancée dans l'enquête est introduit de manière subtile, souvent par des autres enquêtes. De plus, certaines enquêtes annexes ou autres événements n'ont pas de lien avec la résolution du crime. Ainsi, à l'arrivée d'un indice, on ne se dit pas : tient, c'est évident, ça va avoir une influence ! On se laisse porter par les investigations.

Le style ensuite : Didier Daeninckx était en avance sur les séries modernes. Il nous plante un décor dès les premières lignes de chaque histoire, on commence la lecture en plein milieu d'une scène. Et c'est seulement au fil des pages que sont révélés le contexte, les événements passés depuis l'enquête précédente... Et parfois, malgré le narrateur subjectif (il suit Cadin), des chapitres à part nous donne à nous lecteurs des indices supplémentaires. Enfin, le dénouement et toujours surprenant sans paraître illogique !

Forcément, le personnage principal, Cadin, joue un rôle important dans tout ça : c'est lui et des investigations que l'on suit ! Son quotidien est raconté dans les détails, sans accentuation particulière sur les aspects policiers - qui couvrent quant même la majorité du récit, il reste inspecteur. Ce partage de sa vie de tous les jours rend à la fois les histoires plus réalistes et le personnage plus attachant.

À ce sujet, sans vous raconter la fin (même si chaque partie et relativement indépendante), la déchéance de Cadin m'a surpris, la triste fin aussi... J'avais espoir de le voir rencontrer une femme, et que tout finisse bien dans le meilleur des mondes !

Ce n'est pas le seul bémol : la manière un peu caricatural dont le narrateur décrit les grandes entreprises contre les pauvres petits salariés était un peu extrême pour moi. Au départ, je l'ai pris pour de l'humour, de l'ironie. Mais à force que cela revienne dans toutes les villes et soit la cause des mutations de Cadin (qui cause toujours des ennuis aux puissants de chaque ville), j'ai compris que l'auteur était sérieux...

En somme, les "puissants" sont toujours méchants et ne bénéficie pas de la profondeur et de la complexité accordé aux autres personnages.

Pour finir, si les trois premières enquêtes suivent un ordre chronologique, la quatrième opéré un retour dans le passé que je n'ai pas compris : quel sens lui donner ? dans quel intérêt ?

La dernière partie, quand à elle, est une suite de nouvelles, courtes enquêtes balayant (de manière cohérente) toute la carrière de Cadin jusqu'à la triste fin...

Un policier particulièrement bon. À lire.

=D

Commenter cet article