Les Regrets - Les Antiquités de Rome - Le Songe, Joachim Du Bellay

Publié le par Le Colibri

Les Regrets - Les Antiquités de Rome - Le Songe, Joachim Du Bellay
Histoire

L'ouvrage se construit globalement de la manière suivante :

- une présentation

- trois recueils de poèmes

- des notes explicatives

- un dossier de textes complémentaires.

Le cœur en est bien évidemment les trois recueils de poèmes, tous des sonnets. La plupart ont été écrits lors des trois années que Du Bellay a passé à Rome :

Les Regrets évoquent le voyage et le mal du pays, en comparant également les mœurs et tous des deux pays (la France et l'Italie).

Les Antiquités de Rome parlent de la grandeur qu'était celle de cette ville, et de sa déchéance.

Enfin, le Songe décrit un rêve qu'aurait eu Du Bellay, usant de métaphore pour évoquer le même sujet : la grandeur de Rome et sa destruction.

Cependant, la plus grande partie du volume est consacrée aux notes explicatives du texte, de ses sources, et de ce qu'il évoque.

Mon avis

Pour une lecture classique, c'est une lecture classique... Et mon avis est mitigé.

Parlons dans un premier temps du livre dans son ensemble : les notes sont très volumineuses, très documentées... Et souvent très incompréhensibles. De nombreux mots étaient exclus de mon vocabulaire : des explications plus qu'élitistes fermées à la grande majorité des lecteurs, n'ayant pas les références littéraires nécessaires.

Cette difficulté de lecture perdure au sein des poèmes de Du Bellay : de nombreuses références et emprunts qui exigent une culture littéraire et mythologique. Et attention ! Une culture littéraire qui peut être celle d'un auteur du XVIème siècle...

En dehors de ce point, j'apprécie beaucoup la poésie, et j'ai été sensible au thème de l'exil, ayant passé moi aussi trois années loin de chez moi... Je vous conseille par ailleurs de les lire à voix haute : on s'en imprègne plus, on lit plus doucement et on apprécie mieux la rythmique.

Parmi les trois recueils, celui que j'ai le plus apprécié est le Songe. Des poèmes un peu plus fantasques, de belles images, moins d'interpellations aux contemporains de l'auteur : à relire, je ne lirais peut-être que celui-ci !

On trouve également une perle bien connue reprise en chanson il y a quelques années : "Heureux qui comme Ulysse, a fait un long voyage...".

En résumé : les poèmes peuvent être lus - évitez les notes à moins d'être très calés - à voix haute si possible, et surtout le Songe.

=|

Commenter cet article