Le Rêve, Émile Zola

Publié le par Le Colibri

 Le Rêve, Émile Zola


Histoire

Une petite fille de l'assistance publique, Angélique, est recueillie presque morte de froid contre le flanc de l'église par un couple de brodeur, les Hubert. Ils décident de la prendre comme apprentie puis de l'adopter.

Angélique, sujette aux sautes d'humeur, se corrige avec l'âge et le milieu bon dans lequel elle grandit. Elle découvre un livre saint, La Légende Dorée, et s'identifie aux personnages.

Elle sait qu'elle aussi, un jour, sera emmenée par son prince. Donc quand elle le découvre, cherche à le voir et le revoir, aucune mauvaise pensée ne lui vient : c'est une évidence.

Mais ce jeune homme s'avère être le fils de l'évêque et promis à une autre. Leur famille respective les sépare donc, et elle en devient mourante.

Cependant, au moment de l'extrême onction, Monseigneur accepte le mariage, et elle ressuscite par miracle : elle mourra à la fin de la cérémonie, son rêve réalisé.

Mon avis

À la lecture de la préface de ce seizième tome des Rougon-Macquart, je me suis dit enfin ! Un livre un peu plus gai. Mais ce n'était pas tout à' fait la réalité.

Bien sûr, les descriptions et les événements sont moins "trash" que dans La Terre, il y a plus de hauteur d'âme. L'amour est pur, la bonté très présente.

Dans les premiers chapitres du livre, amour, bonté et piété sont même tant omniprésents que tout semble (pardonnez-moi l'expression) du foutage de gueule. L'ironie me paraît encore plus présente que dans Pot-Bouille.

Malgré ce qu'en dit Zola, ce n'est pas "la vie [...] telle qu'on la rêve : tous bons, tous honnêtes, tous heureux."

Angélique se combat, puis est triste, son amour est impossible ; elle est ensuite mourante et malgré le miracle meurt directement après le mariage. Les Hubert ne sont pas mieux, entre leur désir d'enfant inassouvie et la rigidité d'Hubertine. Le prêtre également, ne dit "non !" que pour dire non et est hantée par le souvenir de sa femme.

La religion semble prendre une semble part à cette insatisfaction des êtres et aux mauvais traitements de leur caractère : elle ne sert qu'à punir, et empêche les gens d'être heureux.

Un roman moins noir que ne le sont les autres du cycle, sans pour autant m'avoir satisfait.

😐

Commenter cet article