La parfaite lumière, Eiji Yoshikawa

Publié le par Le Colibri

La parfaite lumière, Eiji Yoshikawa

Histoire

Il s'agit de la suite de l'histoire du jeune samouraï Musashi, dont la première partie a été relatée dans "La Pierre et le Sabre" (voir article précédent).

Séparé de Otsu et Jotaro, il poursuit son voyage à travers le Japon, ponctué de rencontres d'hommes importants, qu'ils aient suivi la voie du sabre ou une autre voie - et dont il tire des enseignements.

La vieille Osugi le poursuit toujours et parvient à la faire évincer d'un poste important auprès du shogun. Mais au moment où elle rattrape Otsu, Jotaro vient la délivrer, et un secours apporté par la jeune fille à la vieille femme met fin à leur querelle.

Au fil de l'eau, la tension entre les deux grands hommes d'épée que sont Miyamoto Musashi et Sasaki Kojiro s'intensifie, jusqu'au face à face final qui clôt cette ouvrage...

Mon avis

Ce tome m'a plus plu que le précédent. : au fur et à mesure que Musashi mûrit et apprend, grandit, il semble qu'il en va de même pour tout ce qui l'entoure. La haine est moins présente, la raison l'est plus, les personnages qui m'insupportent se font de moins en moins nombreux.

Et peut-être n'ai-je pas su remarquer les précédents, mais ce tome m'a paru plein d'enseignements pour le lecture également, et qui ne sont pas seulement donné par le comportement de Musashi... L'amour et la reconnaissance qu'il faut avoir vis-à-vis de ces parents nous vient de la vieille "sorcière" Osugi, par exemple. Elle encore nous montre plus tard que le bonheur et la bienveillance apportent bonheur et bienveillance.

Certains destins sont plus lourds que d'autres, certains destins sont plus difficiles que d'autres, plus injustes... Je pense particulièrement à Akemi, violée, prostituée, pauvre, châtiée... Et à Otsu, qui après 10 ans d'attente se trouve de plus en plus malade.

Malgré ces destins, tout semble bien qui finit bien, tous semblent plus sages qu'au départ, plus aimants.

Deux regrets supplémentaires : ne pas connaître la vie "long fleuve tranquille" que pourrait vivre Otsu en épilogue, comme pour tous les autres personnages récurrents ; et ne pas avoir d'explications sur l'état d'esprit de Musashi lors du dernier combat... Cette dernière scène que j'ai gardé en tête tout au long de ma lecture !


😀

Commenter cet article