La ferme des animaux, George Orwell

Publié le par Le Colibri

 

Histoire

À la ferme du manoir, les animaux sont exploités par le fermier Jones.

Un vieux cochon leur insuffle l'espoir et un week-end est plus difficile que les autres : les animaux se rebellent et prennent le contrôle de la ferme, pour un quotidien meilleur.

Ils apprennent à lire, definissent des règles, mais peu à peu les cochons prennent le pouvoir, surtout Napoléon : les promesses ne sont pas tenues, et la vie est encore plus dure...

Mon avis

Au lycée, nous avions assisté à une pièce de théâtre adapté de ce roman. Le livre est semblable : à la fois très désagréable à lire et très intéressant.

Désagréable à lire car les animaux ne sont pas bien traité : on partage leurs espoirs, puis l'ironie du style nous fait comprendre bien vite lorsqu'ils se font avoir... D'autant plus lorsque l'on connait déjà la fin.

Intéressant parce que par la parabole de l'histoire des animaux, la critique de notre système politique est acerbe.

Publié à la fin des années 40, cette critique s'adapte pour moi autant au nazisme qu'au communisme... Certainement à la politique en général.

C'est aussi le fait d'être comparés et comparables à ces naïfs animaux qui est désagréable.

Bref, c'est à lire, car si c'est dérangeant, c'est avant tout parce que c'est bien écrit. Simplement, c'est plus une lecture de raison que de coeur. Et en plus, il est court !

🙂

Commenter cet article