Croc-Blanc, Jack London

Publié le par Le Colibri

Croc-Blanc, Jack London

Histoire

Croc-blanc est un jeune loup né dans le Grand Nord. Après ces premiers mois passés à la vie sauvage et à développer son instinct de chasseur et découvrir la famine et les dangers du "wild", lui et sa me retrouvent un campement d'indiens qui l'adopte. Il y découvrira la loi des hommes, la cruauté des enfants et le rejet des autres chiens parce qu'il est différent.

Ensuite, il accompagne son maître à la ville, où celui-ci devient riche avant de découvrir l'alcool et de vendre Croc-Blanc pour quelques bouteilles à une brute qui le fait combattre. Jusqu'au dernier combat où il faillit perdre la vie perdre la vie, sauvé au dernier moment par un ingénieur des mines qui devient pour lui un maître aimant. Croc-Blanc lui est entièrement dévoué et fait encore preuve d'une grande intelligence en s'adaptant à cette nouvelle vie.

L'ingénieur des mines va jusqu'à le ramener avec lui en Californie ou il surprend tout le monde par sa bonne tenue.

Le livre se termine sur le début de l'idylle de Croc-Blanc avec Collie, chien de berger de l'ingénieur, qui l'avait repoussé jusqu'à la saison des amours...

Mon avis

C'est peut-être parce qu'on le découvre dès sa naissance, et même avant, que l'on s'attache rapidement à ce petit loup et qu'on y reste attaché. Malgré la violence de la chasse et son désir de tuer, puis malgré sa haine et des attaques gratuites envers les autres chiens, l'affection du lecteur pour Croc-Blanc ne faiblit pas : on espère seulement que sa situation va s'améliorer...

L'auteur à également le don de nous faire comprendre la vie vue par les chiens / loups. On comprend la chasse, la mort, la bêtise humaine parfois, les difficultés à communiquer avec les hommes. Et on redit ici que la violence du chien ne dépend pas de lui mais du caractère du maître - et pourtant en cas d'accident c'est encore le chien que l'on pique...

L'autre thème de cette histoire est la dualité entre liberté et servitude, car les grands espaces du wild s'opposent au confort des tentes indiennes et de la nourriture facile, et l'esclavagisme et les mois des hommes font face aux dangers de la vie sauvage. Si le livre s'arrête sur le choix d'une vie aux côtés des hommes, son maître est bon et il profite d'une liberté relative : rien ne l'empêche de s'échapper et d'aller où bon lui semble. Ce qui selon moi explique explique ce choix.

Au passage sont balayés des sujets tels que la cruauté des hommes et de leurs combats de chien, le pouvoir destructeur de l'alcool, la vie difficile dans le Grand Nord, etc.

Cette belle histoire serait écrite pour les enfants, mais pour moi elle est à lire à toute âge - enfin, pas par de trop jeunes enfants, parce que certaines scènes de chasse ou combat sont traumatisantes. Avalé en une journée, je le conseille sans hésitation.

=D

Commenter cet article