Belle du seigneur, Albert Cohen

Publié le par Le Colibri

Belle du seigneur, Albert Cohen


Histoire

Ariane s'ennuie avec son mari travaillant à la Société des Nations à Genève et sa belle-famille.

Lorsque Solal, haut hiérarchique de cette même société la séduit, elle résiste un peu, avant de se donner corps et âme. Au point que, quand son mari revenant de déplacement pourrait empêcher leurs entrevues, elle s'enfuit avec son amant.

Au même moment, celui-ci perd tout prestige social. Ils s'isolent donc en amoureux pour passer de premiers mois délicieux, suivis de l'ennui, des disputes et autres conséquences inévitables de la vie à deux - jusqu'au suicide.

Mon avis

Depuis longtemps je ne m'étais pas autant ennuyée lors de la lecture d'un livre. Là démarrage est très lent, plein de détails sur la vie quotidienne pittoresque du mari. Ensuite, les chapitres entiers sans paragraphes, ni même point ou virgule sont lourds à digérer. Puis l'histoire d'Ariane et de Solal aurait pu s'écrire en beaucoup moins de pages.

Le récit est également ponctué de monologues plutôt pessimistes, quoique réalistes, déclamés par Solal sur la vie social et les relations amoureuses. De quoi dégoûter tous les jeunes, naïfs, des belles histoires d'amour. Un peu plus en réalisant que les aspects détestables des personnages sont nos travers à peine caricaturés.

Pour terminer sur une note plus positive, la relation amoureuse des personnages m'a conforté dans ma vision des choses sur le sujet : la nécessité de poursuivre ses activités en solo, de partager autre chose que le physique à deux ; la passion des premiers mois n'est pas éternelle et doit se prolonger en un équilibre à deux.

Bref, un grand classique certes, mais n'hésitez pas à passer à côté.

😕

Commenter cet article