Edie, Jean Stein

Publié le par Le Colibri

Histoire

" Outrageous, vulnerable and strikingly beautiful - in the 1960s Edie Sedgwick became both an emblem of, and a memorial to, the doomed world spawned by Andy Warhol.

Born into a wealthy New England, Edie's childhood was dominated by a brutal but glamorous father. Fleeing to New York, she became an instant celebrity, known to everyone in the literary, artistic and fashionable worlds. She was Andy Warhol's twin soul, his creature, the superstar of his films and, finally, the victim of a life which he created for her."

Mon avis

Je n'avais pas entendu parlé d'Edie Sedgwick avant d'entendre parler de ce livre : son enfance, son histoire, m'a quand même intéressée. A travers elle, c'est l'histoire de toute une époque ou de toute une génération que nous raconte Jean Stein : celle des jeunes des sixties. Comme le film Ciao ! Manhattan beaucoup cité dans la dernière partie et que j'aimerai visionner.

On découvre aussi les deux facettes de la drogue : l'effet attractif et festif immédiat, et l'effet dévastateur qui suit. Sans vouloir en édicter une, la morale est là.

Mais parlons surtout de ce style, cette succession de paragraphes aux orateurs multiples, ce faisceau de récits subjectifs qui nous dévoile la vie d'Edie, et à travers lui un peu aussi la vie de tout ceux qui la raconte. J'ai adoré, même si la lecture m'a parfois paru longuette. C'est à cette narration que cette biographie doit mon avis positif.

 

🙂

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article