Splendeurs et misères des courtisanes, Balzac

Publié le par Le Colibri

Histoire

« Février 1824. Une ancienne courtisane, Esther Gobseck, se rend au bal masqué de l’Opéra en compagnie de Lucien de Rubempré, dont elle s’est éprise. En dépit de son déguisement, elle est reconnue et moquée ; désespérée, elle tente de se donner la mort quand l’abbé Carlos Herrera survient et la sauve. Comme Lucien, elle est désormais sous sa coupe, et, quand le banquier Nucingen tombe amoureux d’elle, l’abbé ne la lui cédera qu’en échange d’un million pour permettre au jeune homme un prestigieux mariage. »

Mon avis

Bien sûr, la description de la vie, des décors, et des mœurs du XIXe siècle est intéressante. Mais bien sûr, les longues descriptions de Balzac m’ennuient aussi rapidement. Chaque personnage est détestable à sa façon ; seul l’ancien forçat nous est présenté assez longuement pour que, à défaut de sympathie, il puisse provoquer l’admiration du lecteur.

Alors je suis partagée, parce que d’un d’un côté je ne vous conseillerais pas ce livre pour une lecture divertissante, et de l’autre, j’ai presque envie de dévorer l’intégralité de La Comédie Humaine.

 

😐

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article