La machine infernale, Jean Cocteau

Publié le par Le Colibri

La machine infernale, Jean Cocteau

Histoire

Jean Cocteau revisite ici l’histoire d’Œdipe à sa manière.

Rappel : des oracles disent aux parents d’Œdipe, souverains, qu’un jour celui-ci tuera son père et épousera sa mère ; donc ils l’abandonnent.

Recueilli par un autre couple de souverains, il découvre cette prophétie à l’adolescence, et décide de fuir sa famille pour empêcher qu’elle ne se réalise.

Sur le chemin de Thèbes, il tue par accident un voyageur. Puis, il sauve la ville en répondant à la question posé par le sphinx, le vainquant ainsi (le sphinx tuait tous les voyageurs, qui ne donnaient pas la bonne réponse à sa question) et gagnant la main de Jocaste, reine de la ville.

Jocaste est sa mère ; le voyageur était son père, Laïus. La prophétie est réalisée, mais il ne l’apprend que des années plus tard…

Ici, le sphinx est une femme, les fantômes apparaissent, l’histoire devient fantasmagorique. La machine infernale est celle que les dieux créent pour piéger les hommes, le destin.

Mon avis

Aucun suspense (l’histoire nous est narrée avant chaque acte) mais une dose d’humour pour ce classique revisité.

L’esprit tordu de Jean Cocteau, ajouté au fait qu’il s’agisse du script d’une pièce de théâtre, ne rende pas toujours la lecture aisée et agréable. Mais elle est plutôt rapide.

Autre point positif, on découvre ici le début de l’histoire d’Œdipe, et le personnage perd son statut de héros ; Jean Cocteau « casse le mythe ».

Il n’y a pas grand-chose à lire de plus, il n’y a pas grand-chose à dire de plus.

😐

Commenter cet article