Germinal, Emile Zola

Publié le par Le Colibri

Germinal, Emile Zola

Histoire

Etienne, renvoyé de son emploi à Lille à la suite d’une bagarre, arrive à la mine du Voreux, à côté de Montsou. Ayant faim, n’ayant plus de ressources et pas d’autres possibilités, il descend travailler dans la mine des Maheu.

Rapidement, il se fait apprécier de la famille – particulièrement de la fille Catherine, même s’il faudra attendre la toute fin pour qu’il se passe quelque chose entre eux – et des autres mineurs. Il progresse en hiérarchie tout en ralliant les ouvriers à la cause socialiste.

En effet, la vie des mineurs est loin d’être facile ; le vice est souvent présent, le pain pas toujours, malgré le travail de toute la famille.

Lorsque la compagnie minière veut imposer une nouvelle baisse de salaire déguisée, la grève éclate ; d’abord calme. Puis, la faim, le manque de réaction de la compagnie fait dégénérer la foule. Au point que les forces de l’ordre viennent garder les fosses et ceux qui continuent à y travailler, et finissent par tirer sur les grévistes.

Après plus de deux mois de grève, les mineurs redescendus sont les victimes d’un accident provoqué par un révolutionnaire... A la suite duquel les choses rentrent dans l’ordre, les charbonniers reprennent leur vie de misère et acceptent le nouveau tarif ; même la Maheude, qui a perdu son mari et trois de ses enfants au cours des événements…

Etienne repart seul vers Paris, ambitieux et plein de ses illusions sur un monde nouveau.

Mon avis

Je suis arrivée vers ce treizième volume des Rougon-Macquart plein d’a priori – et j’en suis sortie avec pas grand-chose.

C’est ce qu’on retient le plus de Zola, et je pense que c’est ce qui traumatise chez lui. Les descriptions sont lourdes et bien tristes, glauques, et nombreuses. Les idées de propagande, de socialisme sont trop extrêmes et utopistes pour être crues.

Alors oui, on s’attache aux mineurs et à la famille Maheu, on s’interroge sur les rôles du travail et du capital, du capitalisme. Mais pour ne pas prendre tout ça trop à cœur, on n’entre pas vraiment dans l’histoire…

Désolée pour ce maigre avis, mais je n’ai pas grand-chose à dire de plus sur ce livre que je ne vous conseille pas et que je ne vous déconseille pas.

😐

Commenter cet article