Albertine disparue, Marcel Proust

Publié le par Le Colibri

Albertine disparue, Marcel Proust

Histoire

Le récit commence après le départ d'Albertine de la maison du narrateur où elle a vécu plusieurs mois.

Celui-ci échafaude plusieurs plans pour la récupérer, n'envisageant pas d'autres possibilités qu'un retour de sa part. Il propose de l'argent à la tante d'Albertine par le biais de son ami Saint-Loup, correspond avec la jeune fille.

Cependant, il ne parvient pas à obtenir son retour avant de recevoir une lettre de Mme Bontemps, la tante, lui annonçant la mort de sa nièce à la suite d'un accident d'équitation.

Ce tome relate ensuite le processus de deuil du narrateur : des premiers instants où la mort ne parait pas possible à ceux de l'oubli, en passant par l'influence de la morte sur le survivant. Le parallèle est également fait avec la mort de sa grand-mère.

Les mariages surprenant de certains personnages clôturent le récit.

Mon avis

La séparation des deux protagonistes n'était déjà pas très réjouissante, la mort d'Albertine finit d'assombrir le tableau... Et de me faire peur en m'imaginant dans une situation similaire - horrible, je préfère ne pas y penser. Ajoutés à tout ça, la jalousie persistante et les soupçons du narrateur qui s'avèrent plus que justifiés : j'en viendrai même à douter !

Une fois le mélodrame quasi achevé, on passe à la goujaterie et au comportement "consommateur" du narrateur avec les femmes, qui finit de me dégoûter... Sans parler de son opinion toujours aussi basse sur l'amitié.

En somme, s'il n'y avait pas la compassion et l'identification à la tristesse du narrateur, mon avis serait plutôt négatif. Il reste mitigé, car après tout il ne se passe pas grand chose d'autre.

=|

Commenter cet article