La vie en mieux, Anna Gavalda

Publié le par Le Colibri

La vie en mieux, Anna Gavalda

Histoire

En réalité, il n’y a pas une mais deux histoires.

La première est celle de Mathilde, jeune femme fêtarde de 24 ans à la vie sexuelle quelque peu débridée, qui vit en collocation avec deux sœurs jumelles de 28 ans et a mis en stand by ses études d’histoire : elle est payée par son beau-frère, qui a une entreprise de webmaster, pour laisser des commentaires sur des sites internet.

Ayant décidé de payer en liquide les travaux de l’appartement, ses colocataires lui laissent 10 000€ en liquide dans un bar où elle perd son sac à main (contenant l’argent) quelques instants plus tard. S’en suit une période de désespoir lors de laquelle de vieux souvenirs refont surface, dont certains de sa mère morte alors qu’elle avait 17 ans.

Ensuite, elle apprend qu’un inconnu a appelé son père, disant qu’il avait retrouvé le sac et lui donnant rendez-vous dans le bar où elle l’avait perdu. En plus du sac, elle récupère tout son contenu et le sauveur lui demande son numéro, pour l’appeler les jours suivants en plein milieu de la nuit.

Elle loupera leur rendez-vous en notant mal son numéro, et le cherchera à travers tous les restaurants de Paris, pour le retrouver enfin à Pérignieux.

La deuxième histoire est celle de Yann, jeune homme de 26 ans, qui travaille comme démonstrateur au Darty après n’avoir pas trouvé de job suite à ses études de designer. Il vit avec sa copine depuis 3 ans, Mélanie, issue d’un milieu plus distingué que lui et maniaque.

Un soir, en rentrant chez lui, un meuble gêne le passage dans l’escalier. Il aidera son voisin du dessus à le monter jusqu’à chez lui et sera invité à passer la soirée avec la famille de celui-ci. Il tombera carrément amoureux d’Alice, sa femme, et passera une des (si pas la) meilleures soirées de sa vie.

En rentrant dans son appartement tard dans la soirée, saoul de tout le vin qu’ils avaient bu ensemble, il laissera sur un magnétoscope emprunté à la fille de son voisin un message à sa copine pour lui expliquer pourquoi c’est fini, parce qu’ils ne s’aiment plus, parce qu’ils ne vivent plus. Et il partira loin en France, aider le viticulteur, dont la femme est malade, qui a produit le vin bu ce fameux soir, et qui veut désormais vendre (à cause de la maladie de sa femme) : il ira l’aider pour qu’il ne vende pas.

Mon avis

Les deux histoires concernent des personnages différents, sans liens entre eux, mais sont semblables : à chaque fois l’histoire d’une nouvelle vie qui commence, le même style d’un personnage un peu perdu qui se parle à soi-même. C’est d’ailleurs très facile à lire, il m’a fallu à peine deux soirées. Et c’était aussi agréable à lire, les réflexions, la leçon de vie. Cependant, je ne me suis identifié à aucun des deux personnages. Seulement dans la tirade que fait Yann à propos de sa petite copine, ce qui m’a donné à réfléchir.

J’ai plus accroché à l’histoire de Mathilde, cette déchéance qui devient celle de son corps, et la manière d’être active, de se sentir revivre par sa recherche, alors que Yann ne fait rien de plus que de passer une soirée chez ses voisins.

Dans le deuxième récit cependant, c’est justement les voisins que j’ai apprécié, comme le personnage principal : leur intérieur, leur manière de vivre, de s’aimer, et les deux petites filles qui peuvent être si vulgaire malgré leurs airs d’anges.

La première histoire m’a surtout perturbée par sa fin : lorsque Mathilde dit oui au cuisinier qui lui demande si elle a faim, il lui répond « Déshabille-toi » en aiguisant ses couteaux, et cette scène m’a dérangé, j’y ai repensé dans la nuit. J’hésitais entre le mec qui voulait refaire tout ce qu’il avait pu voir sur les photos/vidéos du portable de Mathilde, et le psychopathe à la « Esprits Criminels »qui va la découper… Dans les deux cas, loin du personnage plus « humain » que Mathilde se réjouissait d’avoir rencontré.

Ensuite, lorsque j’ai commencé à lire la seconde partie de l’histoire (celle de Yann), j’ai d’abord cru que Yann était le sauveur-cuisinier (pourtant aucun rapport entre Yann et Jean-Baptise).

En somme, un bon livre à lire sur la plage cet été, mais rien d’exceptionnel.

=)

Commenter cet article

La divine imposture 13/07/2014 11:11

Je n'ai jamais rien lu d'Anna Gavalda, ce sera l'occasion de m'y mettre!