Contes et légendes d'Alsace, Roger Maudhuy

Publié le par Le Colibri

Contes et légendes d'Alsace, Roger Maudhuy

Histoire

Il n’y a pas une mais des dizaines d’histoires (peut-être des centaines ?) classées par grand thème : concernant les saints, concernant les chevaliers, les histoires licencieuses, etc. Au sein d’une même histoire on peut ensuite retrouver plusieurs variantes, par exemple lorsque la légende est partagée dans différents lieux géographiques.

Des illustrations ponctuent le tout. On y lit également des explications de l’auteur après quelques récits, ou encore il nous apprend ses sources.

Mon avis

Comme beaucoup de ses habitants je pense, j’aime ma région. C’est pourquoi j’ai souhaité lire cet ouvrage : découvrir quelques récits mystérieux qui ont « mon » paysage alsacien pour décor.

Certaines choses m’ont plu, d’autres moins. Je pense que ça doit être du à ce que j’attendais de ce livre : je voulais rêver comme je le faisais dans ma petite enfance avec les contes publiés par Disney. Au lieu de cela, ce livre m’a semblé comme une thèse : plutôt que de raconter des histoires, l’auteur nous explique le processus de leur rassemblement. Je voulais rêver, j’ai appris.

De plus, j’ai trouvé bien souvent des critiques sévères de la par de l’auteur vis-à-vis de ses confrères, et une certaine prétention ; il semblait se placer au dessus de tout les autres folkloristes. Il est loin de m’être sympathique.

Les histoires en elle-même étaient parfois un peu simple, parfois plus passionnante, parfois drôle : la plupart m’ont plu et elles m’ont plus dans leur ensemble. Je reconnais le travail que cela a du être de les rassembler. Les histoires juives à la fin du livre m’ont particulièrement fait sourire ; j’ai été amené par monts et châteaux avec les longues histoires, comme celle des quatre fils Aymon ou de l’oiseau de feu.

Alors pourquoi pas découvrir un peu plus l’Alsace ? Mais ce n’est pas des histoires qu’on peut lire le soir aux enfants – ou en les remaniant fortement.

=|

Publié dans Autres - français, =|

Commenter cet article